Télescope astronomique pour l'observation des planètes et objets célestes

Vous aimez observer le ciel nocturne et ses milliards d’étoiles qui constituent notre voute céleste ? Apercevoir une étoile filante ou reconnaître quelques constellations vous donne l’envie de découvrir plus en détail les merveilles de cette immensité qui s’offre à nous...

Félicitations, vous avez déjà fait un premier pas vers l’astronomie !

Il faut savoir que la pratique de l'astronomie en amateur (ou en observateur expérimenté) est accessible à tous... Enfants, adultes, séniors, hommes ou femmes, chacun peut y trouver son plaisir, quel que soit son niveau d’expérience dans ce domaine. Les astronomes amateurs constituent une grande famille de passionnés.

Mais l'observation du ciel n'est pas la même pour tout le monde... Quel objet céleste ou quelle région du ciel souhaitez-vous observer en priorité ?

  • Le planétaire : c’est ce qui fait référence aux astres de notre système solaire, tels que notre planète la lune et ses cratères, les anneaux de Saturne, les bandes nuageuses de Jupiter, etc.

  • Le ciel profond : c’est ce qui va concerner des objets plus éloignés de nous tels que la voie lactée, les galaxies, les amas stellaires ou galactiques, les amas globulaires, les nébuleuses, et autres corps célestes du cosmos profond.

Observation planétaire et ciel profond

 

Comprendre le rapport entre la focale et le diamètre du télescope

C'est votre choix d’observation qui va largement conditionner les caractéristiques d'achat de votre futur télescope astronomique.

En effet, les planètes de notre système solaire sont proches de nous (à l’échelle de l’univers naturellement) et bénéficient d’une bonne luminosité grâce à l'éclairage du soleil. En revanche, les objets du ciel profond ou les exoplanètes sont quant à eux très éloignés et bien moins lumineux (c’est l’éloignement qui les rend sombres).

En termes de caractéristiques techniques, c’est le rapport entre la longueur focale du tube et la taille de l’optique qui est prépondérant :

  • Plus un tube sera long (c’est-à-dire plus la distance séparant les optiques sera importante), plus le rapport f/D (focale/diamètre) sera important : donc le grossissement sera important et la luminosité faible : c’est la condition idéale pour des observations planétaire.

  • Plus le tube sera court, plus le rapport f/D sera faible : donc le grossissement sera faible et la luminosité importante : c’est la condition idéale pour des observations de l'espace profond.

  • Pour tous ceux qui souhaitent une utilisation mixte, pas d’inquiétude, vous pourrez également trouver des télescopes polyvalents (rapport f/d de 10 environ)

  

Les diamètres et le grossissement

Il faut par ailleurs préciser que le rôle de la partie optique est aussi d’amplifier l'apport de luminosité et de grossir les éléments observés... C’est là que le diamètre du tube va avoir son importance (également appelé « ouverture » du télescope).

Le but étant de collecter le plus de rayonnement possible, plus la taille de la surface collectrice est important, plus la quantité de lumière captée sera importante. Les grands diamètres permettent parfois d’obtenir des détails deux fois plus fins.

Le grossissement, une valeur à relativiser... Il faut cependant savoir que des grossissements faibles ou modérés sont souvent plus appropriés dans de nombreuses situations.

 

Doit-on choisir un télescope ou une lunette astronomique ?

L’un comme l’autre, ces deux types d’instruments astronomiques sont constitués des éléments suivants :

  • Le trépied : en apparence, son rôle consiste à supporter la monture et son tube optique. Dans les faits, la conception et la taille de cet élément va être déterminant pour équilibrer et stabiliser l’ensemble.
  • La monture : c’est la partie centrale qui relie le tube au trépied et qui va permettre le déplacement du tube optique. Il existe 3 types de monture (monture azimutale, équatoriale ou monture Dobson).
  • Le tube : c’est la partie optique (lentilles et miroir) qui permet d’obtenir les images optimisée en qualité et en luminosité. Il peut être de type Réflecteur, de type Réfracteur ou de type Catadioptrique.
  • Les accessoires : tels que les oculaires, le chercheur, le renvoi coudé, les filtres, etc.

 

Monture télescope : azimutale, équatoriale et Dobson

 

Les caractéristiques des montures se déclinent en 3 types :

  • Monture azimutale : c’est une monture principalement destinée à l’observation en visuel dont l’orientation du tube se fait manuellement ou motorisée. Elle est constituée d’un axe vertical et d'un autre horizontal permettant de suivre le déplacement d’un astre en ajustant les mouvements de haut en bas et de droite à gauche. Son défaut majeur est lié à l’impossibilité d’assurer naturellement un suivi équatorial précis sur l'axe d’ascension droite (A.D). Elle est assez peu adaptée aux observations prolongées ou à fort grossissement. Néanmoins, c’est une monture très simple d’utilisation pour un astronome débutant qui sera parfaite pour recevoir une lunette de petite dimension.

  • Monture équatoriale : c’est une monture qui nécessite un réglage, appelé «mise en station » afin de positionner la rotation du télescope (ou lunette) parallèlement à la rotation de la Terre. De ce fait, vous pouvez suivre facilement la course d’une étoile via un seul mouvement de rotation à vitesse constante. Pour un confort d’utilisation optimal, il est possible de motoriser la monture équatoriale (motorisation simple ou double axe avec ou sans système Go To) afin d’obtenir un suivi équatorial linéaire de l’astre (recommandé pour l’astrophotographie, image photo fixe ou vidéo).

  • Monture Dobson : c’est une monture sans trépied qui fonctionne sur le principe azimutal. Sa base généralement en bois propose une rotation de gauche à droite pour orienter le tube, lequel s’inclinera également de bas en haut.

Télescope : les pièges à éviter !!!

Poids et volume

Pour le peu qu’il ait un budget un peu élastique, l’astronome débutant a parfois tendance à avoir les yeux plus gros que le ventre en matière d’acquisition de matériel d'astronomie.

L’envie d’acheter tout de suite du « gros matériel » est souvent évoquée par les débutants qui commencent leur recherche dans les méandres d’internet en consultant forum, blog, ou même parfois des revendeurs pas toujours de bons conseils.

Toute d’abord, il est impératif pour un débutant de ne pas s’orienter vers des instruments proposant :

  • le plus gros grossissement possible
  • le plus gros volume
  • ou encore les prestations les plus sophistiquées

 

En astronomie, comme dans beaucoup d’autres loisirs, le « meilleur instrument » sera celui que vous utiliserez le plus souvent parce que vous prendrez plaisir à le sortir dès que votre emploi du temps ou la météo vous le permettra.

Il n’y a pas d’instrument idéal pour débuter : il va donc vous falloir trouver un compromis entre :

  • vos préférences d’observation,
  • le lieu d’observation,
  • votre souhait de simplicité d’utilisation,
  • l’encombrement de l’instrument,
  • ses performances,
  • le tout dans votre budget bien sûr.

 

Au final, si vous interrogez les propriétaires de gros télescopes, la plupart des clients nous indique ne plus l’utiliser quelques mois après leur achat. Leurs conclusions : trop gros, trop lourd, trop long à mettre en place !!!  Ces instruments finissent généralement au fond d’un garage ou à la vente en occasion.

 

Pollution lumineuse

Comme vous le savez, les villes sont largement concernées par la pollution lumineuse, mais cette pollution existe également dans nos campagnes, ce qui ne facilite en rien les observations astronomiques.

En ville, l’importance des éclairages publics, privés et des nombreux éclairages commerciaux ne nous permet plus de pouvoir observer les objets du ciel profond. Notre œil arrive juste à distinguer les étoiles les plus brillantes. Dans ce cas, inutile de sortir votre instrument, même à grand diamètre, pour tenter de retrouver les nébuleuses, étoiles ou galaxies lointaines.

Idéalement, il faudrait s’éloigner d’une centaine de kilomètre des grandes villes pour échapper au brouillard lumineux qui se reprend sur nos campagnes.

De ce fait, avant d’acheter votre instrument, vous devrez aussi savoir d’où vous observerez pour ne pas vous tromper !

Pollution lumineuse en astronomie - ville et campagne

 

Loisirs Plaisirs reste à votre disposition pour vous conseiller sur votre acquisition de matériel d'astronomie en fonction de vos besoins et vos envies.