Qu’est-ce qu’un astéroïde ? Focus sur ce fascinant corps céleste

Le 1er janvier 1801, l’astronome italien Giuseppe Piazzi découvre un étrange corps céleste qui ne figure sur aucune carte du ciel. Il étudie son déplacement et finit par admettre qu’il ne s’agit pas d’une comète, mais d’un astéroïde. Ce petit astre est nommé Cérès, en l’honneur de la déesse romaine protectrice de la Sicile. L’exploration scientifique des astéroïdes peut alors commencer. Le 26 septembre 2022, la mission DART de la NASA réussit à dévier de sa trajectoire le géocroiseur Dimorphos. Vous souhaitez savoir qu’est-ce qu’un astéroïde ? On vous en dit plus.

 

Un petit corps céleste en orbite autour du Soleil

Un astéroïde correspond à un petit corps céleste constitué de roches et de métaux tournant autour du Soleil. La formation de ces objets remonte à la naissance de notre Système solaire, il y a environ 4,5 milliards d’années. Il s’agit probablement de fragments rocailleux n’ayant pas pu s’amalgamer pour créer une planète.

asteroide en orbite autour du soleil
Astéroïde en orbite autour du Soleil (Crédits : NASA/JPL-Caltech, domaine public, via Wikimedia Commons).

Une définition controversée

Qu’est-ce qu’un astéroïde ? Ce terme vient du grec ancien ἀστεροειδής, « semblable à une étoile ». Il a été choisi par l’astronome allemand William Herschel en 1776. À travers un télescope, il ressemble en effet à un petit point lumineux.

Ce corps céleste n’a toutefois rien d’une étoile. C’est une masse rocheuse dont le diamètre varie entre quelques mètres et plusieurs kilomètres. Il peut être désigné par trois vocables :

  • « astéroïde » (dénomination la plus connue qui est apparue au début du XIXe siècle en raison de son aspect étoilé lorsqu’on l’observe avec un réflecteur) ;
  • « planétoïde » (appellation moins fréquente employée dès la fin du XIXe siècle en tant qu’alternative au mot précédent) ;
  • « planète mineure » (désignation d’usage ancien qui s’est démocratisée suite à la création du Centre des planètes mineures en 1947).

Jusqu’en 1980, l’ensemble des astéroïdes découverts se trouvaient à l’intérieur du Système solaire. Le vocable « astéroïde » constituait donc un terme générique caractérisant tous les objets en orbite autour de notre étoile, à l’exception des planètes et des comètes.

Au début des années 1990, de nouveaux corps célestes de ce type ont été mis en évidence en périphérie du Système solaire. Ces découvertes ont dès lors bouleversé la définition même d’un astéroïde. L’expression « objet transneptunien » (OTN) apparaît. Elle qualifie des objets dont l’orbite se trouve au-delà de Neptune.

Aujourd’hui, la communauté scientifique est divisée entre deux usages :

  1. Le terme « astéroïde » doit continuer à être employé de manière générique. Les objets transneptuniens correspondent ainsi à une sous-classe d’astéroïdes.
  2. Les dénominations « astéroïde » et « objet transneptunien » représentent plutôt deux notions distinctes. La première désigne les corps célestes internes au Système solaire, tandis que la seconde renvoie à ceux situés en périphérie.

Les différents types d’astéroïdes

Les astéroïdes ont été classés en plusieurs types en fonction de leur composition chimique, de leur couleur et de leur albédo (« fraction de la lumière que réfléchit ou diffuse un corps lumineux », définition du Robert).

Les astéroïdes de type C

Le type C correspond aux astéroïdes carbonés, c’est-à-dire riches en carbone. 75 % des astéroïdes découverts appartiennent à cette catégorie. Ils se caractérisent par une couleur très sombre, une faible luminosité et font partie des objets les plus anciens du Système solaire.

Les astéroïdes de type S

Les astéroïdes de type S sont constitués de matériaux silicatés et de métaux comme le nickel et le cobalt. 17 % des astéroïdes connus font partie de cette classe. De luminosité moyenne, ils présentent une couleur rougeâtre et peuvent donc plus facilement être observés que les précédents.

Les astéroïdes de type M

Le type M regroupe des astéroïdes métalliques, composés de fer et de nickel. Relativement rares, ces objets se montrent légèrement rouges et assez brillants.

Les autres types d’astéroïdes

Il existe enfin trois autres catégories d’astéroïdes :

  • le type E (formé à partir d’enstatite) ;
  • le type R (rouge) ;
  • le type V (petits astres dont le spectre infrarouge demeure similaire à celui de l’astéroïde Vesta).

 

Localisation des principaux groupements d’astéroïdes dans le Système solaire

Depuis la découverte du premier astéroïde en 1801, les chercheurs en ont dénombré plus d’un million. Si l’on prend en compte les objets transneptuniens, ces petits corps célestes se divisent en cinq groupes : les astéroïdes de la ceinture principale, les troyens, les géocroiseurs, les centaures et les transneptuniens.

1. La ceinture principale

La majeure partie des astéroïdes connus se trouvent dans la ceinture principale, entre les orbites de Mars et Jupiter. Ce groupement renferme des centaines de milliers de planétoïdes, dont les plus célèbres sont Cérès (aujourd’hui classé parmi les planètes naines), Vesta, Pallas et Hygée.

ceinture principale asteroides vue artiste
Vue d’artiste de la ceinture principale d’astéroïdes (Crédits : Pablo Carlos Budassi, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons).

2. Les troyens

Un troyen correspond à un astéroïde circulant sur la même orbite qu’une planète, au niveau des points de Lagrange L4 ou L5. La plupart d’entre eux gravitent autour de Jupiter, mais il en existe aussi aux alentours de Mars, Neptune et Uranus. Les astronomes ont nommé ces petits astres d’après les héros de l’Iliade d’Homère. Parmi les plus célèbres, on citera Achille (le premier à avoir été découvert, en 1906) et Hector (le plus grand : 370 km de long sur 170 km de large).

localisation ceinture principale asteroides et troyens de jupiter
Localisation de la ceinture principale et des astéroïdes troyens de Jupiter (Crédits : NASA, domaine public, via Wikimedia Commons).

3. Les géocroiseurs

Un géocroiseur est un astéroïde orbitant à proximité de la Terre. Aujourd’hui, la communauté scientifique a repéré environ un millier de géocroiseurs de plus d’un kilomètre de diamètre. Si l’un d’eux entrait en collision avec notre planète, les conséquences pourraient se montrer désastreuses. La NASA et les autres agences spatiales les surveillent donc de très près.

En septembre 2022, la mission DART a testé une technique inédite pour dévier le géocroiseur Dimorphos. Son succès marque ainsi une étape décisive dans la recherche sur les systèmes de défense planétaire.

deviation asteroide dimorphos mission dart nasa
Déviation de l’astéroïde Dimorphos par la sonde spatiale DART de la NASA (Crédits : NASA/Johns Hopkins Applied Physics Lab, domaine public, via Wikimedia Commons).

4. Les centaures

Un centaure correspond à un astéroïde glacé tournant autour du Soleil entre Jupiter et Neptune. Ces planétoïdes restent de petite taille et ne se trouvent pas sur des orbites stables. Le plus grand, Chariklo, mesure 258 km de diamètre. Il n’est donc pas possible d’observer directement leur surface avec un instrument d’astronomie. Seuls leurs couleurs et leurs spectres peuvent être étudiés.

5. La ceinture de Kuiper et les objets transneptuniens

La ceinture de Kuiper se situe aux confins de notre Système solaire, au-delà de Neptune. Cette zone en forme d’anneau renferme une multitude d’objets transneptuniens. On y trouve notamment des astéroïdes glacés, des comètes ainsi que trois planètes naines, dont Pluton.

vue artiste objet ceinture de kuiper
Vue d’artiste d’un objet situé dans la ceinture de Kuiper (Crédits : ESA/Hubble, CC BY 4.0, via Wikimedia Commons).

Observer un astéroïde avec un instrument d’astronomie

Observer un astéroïde à l’œil nu est quasiment impossible. En effet, ce corps céleste demeure beaucoup plus petit qu’une planète et ne réfléchit que peu de lumière. Le seul planétoïde qui peut être étudié sans matériel d’astronomie reste Vesta, le deuxième plus grand astéroïde de la ceinture principale. Lorsqu’il se trouve en opposition, c’est-à-dire à l’opposé du Soleil par rapport à la Terre, vous pourrez peut-être l’apercevoir dans le ciel nocturne.

asteroide vesta
L’astéroïde Vesta (Crédits : NASA/JPL-Caltech/UCLA/MPS/DLR/IDA, domaine public, via Wikimedia Commons).

À travers des jumelles ou un télescope, un astéroïde apparaîtra donc sous la forme d’un point lumineux se déplaçant sur le fond étoilé. Encore faut-il en repérer un ! Si vous ne voulez pas perdre du temps à étudier une carte du ciel, optez pour un appareil Celestron doté de la technologie StarSense Explorer. Grâce à une application pour smartphone, vous pourrez pointer facilement votre lunette ou votre réflecteur vers l’astéroïde que vous désirez examiner.

 

Qu’est-ce qu’un astéroïde ? Ce qu’il faut retenir

Qu’est-ce qu’un astéroïde ? Il s’agit d’un petit corps céleste rocheux, métallique ou glacé orbitant autour du Soleil. Cet astre, dont la définition reste controversée, peut être désigné par les termes « astéroïde », « planétoïde » et « planète mineure ».

Les astéroïdes actuellement connus ont été classés en plusieurs familles :

  • les objets de la ceinture principale ;
  • les troyens ;
  • les géocroiseurs ;
  • les centaures ;
  • les transneptuniens.

🔭 Pour bien les observer, nous vous recommandons d’investir dans un télescope puissant, comme le LT 127AZ StarSense Explorer de Celestron ou le Dobson Perl Dumbbell 203/1200. Vous avez besoin de conseils supplémentaires ? Prenez aussi le temps de lire notre guide des meilleurs instruments pour bien débuter en astronomie.

 

Sources :​​

https://www.universalis.fr/encyclopedie/asteroides/

https://solarsystem.nasa.gov/asteroids-comets-and-meteors/asteroids/in-depth/

https://www.minorplanetcenter.net/

https://ssd.jpl.nasa.gov/sb/orbits.html

https://www.futura-sciences.com/sciences/definitions/asteroide

Laisser un commentaire